ISTENQS

Ici Se Termine Enfin

Notre Quête Spirituelle

 

 

Non Dualité ?

 

Néo-védantisme à la dérive

 

 

 

Thierry Vissac

 

***

Le mouvement non-duel ou l'art de la fuite 

Une âme en paix dans un "corps de merde" ?

Mon intervention lors d'un congrès sur la non-dualité  

Les codes d'une spiritualité mentale : exemple de la non-dualité

 Le mirage du Soi 

Shin Jin Mei, mon commentaire sur un texte fondateur de l'advaïta originel 

Un flottement salutaire

 

***

 

 

Question : Combien de « non-duels » faut-il pour changer une ampoule ?

Réponse : Deux.

Un pour ne pas changer l’ampoule (le changement n'existe pas)

et un autre pour ni changer ni ne pas changer l’ampoule.

***

 

 

Le « mouvement non-duel Occidental »*

 

ou l'art de la fuite ...

 

Les promoteurs d’une certaine « non-dualité » ont développé une thèse qui illustre bien les mécanismes de « la spiritualité mentale ». Selon cette thèse, il n’existerait en réalité rien d’autre que « le Soi » (le mot « Soi » peut être remplacé par « Cela » ou tout autre terme désignant une réalité ultime, unique, indifférenciée et englobant tout). Quand quelqu’un vient participer à une rencontre « non duelle » dans le but d’exposer une souffrance personnelle, cette dernière est assez brutalement niée sous le prétexte qu'il n’y a « rien à faire », « personne » pour le faire, tout étant déjà « accompli ». Il faut entendre que, puisqu’il n’y a pas d’acteur au sein du « Soi » (il n’y a pas d’individu agissant, l’existence serait une réalité homogène sans personne dedans), il ne peut donc y avoir personne pour souffrir ni pour réparer une quelconque souffrance. L’existence personnelle étant dénoncée comme une illusion, il n’y a, en conséquence, aucun crédit à accorder à l’étalage d’une douleur personnelle.

On peut reconnaître à cette stratégie verbale une capacité à court-circuiter un instant l’activité mentale. Une personne qui cherche un nouveau « truc » pour guérir son couple en souffrance, par exemple, se verra soudain renvoyée à une sorte de néant hypnotique qui la laisse en suspens avec sa question pragmatique. Peut surgir alors, chez cette personne, un sentiment d’être dépassée, un peu honteuse de sa question et soucieuse de se rattraper en tentant de s’ajuster à cette nouvelle forme de détachement qui lui est imposée. S’ensuivent alors les conversations les plus surréalistes [1].

Mais une évidence m’est apparue au cours de ces années : aucune de ces personnes, qu’elle soit parvenue ou non à jongler verbalement avec les concepts de cette pseudo non-dualité, n'en a jamais ressenti le moindre bénéfice dans sa vie quotidienne. Tout au plus, et c’est un effet plutôt dommageable, a-t-elle pu se servir de ces pirouettes sémantiques pour provoquer une anesthésie de sa souffrance personnelle. Une fuite. Il lui suffit en effet de se rappeler mentalement de temps à autre qu’il n’y a « personne », que tout est une « illusion », pour mimer une sorte de détachement de façade ou creuser un fossé avec son ressenti profond.  

Le jargon non-duel a un rythme propre qui permet de produire une sorte de transe hypnotique prise pour « une expérience de non-dualité ».

Certains sont devenus des experts dans l’art d'user de ce langage pour définir « la réalité ». Je ne crois pas, au-delà de l'auditoire que cela peut leur attirer, que le sketch joué à chaque conférence soit même d’un bénéfice quelconque pour eux-mêmes. Mais, si je peux comprendre qu’il puisse exister des formes de compensation dans le fait d’enseigner quoi que ce soit, je suis surtout attentif à ce public de la non-dualité qui, lui, reste démuni ou a tendance à s’efforcer d’être à la hauteur de ce nouveau sommet spirituel. Que peuvent ces individus face à des concepts qui leur interdisent toute expression d’une réalité personnelle ? Pour ceux qui pensent qu’ils ont affaire à des connaisseurs, qu’il faut suivre leur exemple, il ne reste qu’à adopter le jargon, à mimer cet apparent détachement suprême et à progresser dans le jeu du ping-pong impersonnel. Les blessures personnelles ne sont ainsi jamais prises en compte directement, elles sont dénoncées comme illusoires et un couvercle est savamment posé dessus afin de les faire taire (même si leur pouvoir reste entier au quotidien). Les plus détendus parmi les participants de ce petit jeu trouvent drôle de voir le maître « trancher » dans les questions trop personnelles ou qui ne collent pas au credo du « néant » en ramenant le discours à son axe principal : « Il n’y a personne et rien à faire ». Le plus étonnant est d’entendre un enseignant dire qu’il n’y a « pas d’enseignant ni personne à enseigner » tout en organisant des rencontres régulières pour en parler. Certains de ces stages ressemblent à des batailles de rap improvisé où tout se joue dans une rivalité sur le plan de la parole.  

On m'a déjà signalé que ce ton tranché n'est pas spirituellement correct mais comprenez que je ne vois qu’une dérive dans cette « non dualité à l'occidentale ». Une personne en souffrance qui demande de l’aide a droit à une attention ouverte et bienveillante, quelles que soient ses illusions éventuelles. Il n’y a pas de raccourci conceptuel à prendre. Pour chaque personne, il existe un rythme et une évidence. La tendance à se prendre au piège de ces injonctions hypnotiques est généralement fondée dans la quête affective qui incite compulsivement les chercheurs à adhérer par demande d'amour  

La condition humaine n’est pas un problème. Elle n'apparaît négligeable qu’à ceux qui voudraient l’éliminer. Il y a une confusion dans cette attitude de rejet qui n’a évidemment rien de non-duel. Cette fuite demande à être éclairée car elle dénature l’inspiration originelle de l’enseignement non-duel qui a été renversé au point d’être devenu aujourd’hui une véritable école de la séparation. Ma rencontre avec ceux qui se disent adeptes de la non-dualité est toujours intéressante parce que les tours de passe-passe verbaux sont incapables de masquer les crispations et les colères rentrées qui se bousculent derrière le paravent de l’équanimité. C’est une chance. Car si certains s’inventent une « paix qui est déjà là » parce qu’ils en ont entendu parler - mais qu’ils ne vivent pas -, si d’autres disent être en contact avec « ce qui est là » (« ce qui est là » étant autre chose que « ce qui est vraiment là » car il s’agit de quelque chose qui est « derrière ce qui est déjà là » à quoi on accèderait en contournant les tourments de l’incarnation, comme l’émotion), le petit bonhomme ou la petite bonne femme si mal aimés reste généralement encore accessibles. Et c’est un soulagement pour ceux qui ne résistent pas à cette réconciliation salutaire. 

Voilà donc une non-dualité paradoxale qui est parvenue à provoquer une division permanente entre ce que serait l’illusion (ce que l’on vit réellement dans l’instant : une émotion, par exemple) et ce que serait la réalité (une sorte d’état d’unité qui serait déjà là mais que personne ne vit vraiment). Cette volonté de se défaire de cette troublante humanité provoque parfois de sérieuses divisions en soi.  

Heureusement, il suffit de lâcher ce système car il n’a jamais été réellement question d’exclure quoi que ce soit. Et cette non exclusion ne signifie pas rester identifié aux émotions et aux tourments humains mais repose sur la compréhension fondamentale que le désir d’ignorer un versant quelconque de l’existence, une manifestation de l'intelligence de la vie, n'est qu'une fuite, une vue de l'esprit, pas un accomplissement.

Il existe donc bien une « voie médiane » : les tourments de l’incarnation peuvent être accueillis et ils évolueront mieux si nous les vivons en conscience, et même si, dans une civilisation conditionnée par le "(tout) tout de suite", il n'est pas surprenant que le "ne rien faire", apparaisse à certains plus attirant que la perspective d'une démarche de conscience ou de réconciliation progressive.

« Qui suis-je ? » est une question clé du jargon non-duel. Je réponds : « Tu es celui qui accueille ». Ce qui est accueilli ne devrait jamais être en cause, que ce soit un désir, une émotion, une mémoire ancienne (vous savez, toutes ces choses si « personnelles »).

Une autre question peut-être : pour qui est-ce donc si important qu’il « n’y ait personne » ? Pour ceux qui ont cru qu’il faudrait renier ce qui les anime afin de s’éveiller ou se réaliser. Il vaut mieux simplifier : Être avec est une proposition non-duelle dans le sens le plus authentique de l'expression. Car affirmer que notre vraie nature est « déjà là » sur un lit de fuite, de terreur et de mensonge n'est pas une réalité vivante.

 

PS : (mise à jour de 2011.)  Après avoir longtemps été solitaire dans l'exposition de cet écueil généralisé, j'ai tout récemment découvert un écho de mon constat chez des personnalités américaines, dont Dennis Waite, enseignant de l'advaïta qui a écrit en 2009 « L'illumination, le chemin dans la jungle » où il détaille d'une façon similaire, à l'attention des adeptes du néo-advaïta autant que ceux du Védanta, les grandes lignes de ce que je décris ci-dessus.

* : également appelé « néo-advaïta » ou « mouvement satsang » aux États-Unis.

 

 

Les dialogues surréalistes :

[1] K. R. :

R : Ce n’est pas l’esprit qui se relaxe, parce que l’esprit est une image, et parce que l’esprit est irréel le fait qu’il soit relaxé ou non n’a pas d’importance. Ce qui se relaxe ne peut pas être plus relaxé que ça l’est déjà. Parce qu’il n’y a pas de relaxation possible pour ce que tu es.

Q : Mais quelque chose voit cela ?

R : Ce que tu vois, c’est qu’il n’y aura jamais aucune relaxation pour ce que tu es et cela est une relaxation absolue. Alors il n’y a plus d’attente.

Q : Et ce qui voit cela n’est pas l’esprit ?

R : Non

Q : Qu’est-ce que c’est ?

R : Tu ne le sauras jamais.

Q : Mais l’esprit se relaxe parfois ?

R : L’esprit ne se relaxe jamais, il n’y a jamais eu d’esprit qui pourrait se relaxer.

  

M. :

Q : Je réalise que tout à mon sujet est une fraude, est faux et n’existe pas. Et je le réalise en votre présence (…) J’ai réalisé que je n’existais pas. Et quoi que je fasse pour essayer de créer ce Dennis (le nom de cette personne), ça ne marche pas. Il n’y a rien là. Il n’y a absolument rien. 

 

R. M. :

R : Il n’y a  rien à changer, rien à faire, parce que toute action est un esclavage. Je n’existe pas et je ne fais rien. L’ego finira par se soumettre ainsi (puisqu’il n’a jamais existé) et l’esprit disparaît. Il n’y a rien à faire pour se réaliser puisque vous êtes déjà Cela et que seules les pensées et les fausses croyances couvrent votre vrai Soi.

 

J. F. :

R : Il n’y a personne. Il n’existe pas de moyen de savoir qui vous êtes. Vous êtes un mystère absolu.

 

T. P. :

R : Personne ne le fait, personne ne respire. Personne ne crée ces sons, ils sont juste en train de se produire. Entendre les sons se produit tout seul, l’illusion est que vous entendez quelque chose, comme si quelqu’un était là assis sur un siège et que cet individu entendait des sons ! Tout est en fait l’être et dans cet être apparaît l’idée qu’il y a quelqu’un, que je suis une personne. C’est le jeu. Ce n’est ni vrai ni faux, c’est ce qui se produit.

 

M.:

R : Il n’y a personne pour expérimenter quoi que ce soit, et rien à expérimenter. Il n'y a personne. Alors, de fait, il n’y a rien à témoigner, personne pour témoigner et personne à qui témoigner.

 

© Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .