ISTENQS
Ici se termine enfin
Notre quête Spirituelle

Une réforme intérieure

de l'humanité

Read the english version

 

Thierry Vissac - janvier 2012

 

  

Notre société en déclin, autant dans les propositions alternatives que dans les courants politiques ou philosophiques conventionnels, n’offre pas la possibilité d’un renouveau réel. Elle ne sait que reproduire les schémas du passé, puisque le ressort de toutes les entreprises du monde reste le profit personnel. Cette pulsion/motivation première n’étant pas déracinée de nos projets, ils ne peuvent que ressembler à ceux du passé, et conduire aux mêmes impasses.

 

Une nouvelle civilisation doit se fonder sur le retour d’un certain nombre de valeurs essentielles qui ont été négligées ou perdues dans le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. J’ai appelé cette renaissance spirituelle « la spiritualité sans passé » (ou « spiritualité sans croyances »). Cette dernière ne peut advenir que sur la base d’une réforme intérieure de l’humain.

 

Je souhaite placer toute mon attention et consacrer mes paroles et pensées à ce renouveau individuel et collectif, à une priorité trop longtemps négligée qui a pourtant le potentiel de transformer réellement notre façon de vivre ensemble.

 

La réforme intérieure de l’humain est donc un préalable absolu à la naissance d’une nouvelle civilisation. Toute velléité de négliger ou de donner un second rôle à cette réforme intérieure ne pourra conduire qu’à l’échec de tout projet, même les plus novateurs en apparence. J’observe un véritable engouement pour les projets alternatifs, qui est une véritable inspiration, tout en déplorant le peu d’attention porté à la réforme intérieure de l’humain (même s’il arrive qu’elle soit inscrite quelque part sur le papier).

 

Cette réforme vitale consiste à redonner sa place primordiale et naturelle à la « connaissance de soi » et à la « prise de responsabilité ». Un être humain qui ne vit pas « en conscience » sa vie intérieure, ne sait pas ce qu’il est, et ne sait pas ce qu’il fait. En conséquence, ses projets et entreprises sont fondés sur le néant ou la confusion. L’état du monde nous indique, sans qu’il soit besoin de rentrer dans le détail, la tragédie résultant d’une telle ignorance. Sans connaissance de soi, il ne peut prendre la responsabilité de ses actes, de ses erreurs, de ses errances, il peut même se croire dans la bonne voie tout au fond de ses impasses, ou nuire à l’humain en croyant chercher à le sauver, ou encore continuer à créer des ennemis « à l'extérieur », quand il est en fait son propre ennemi.

 

L’être humain aujourd’hui comprend beaucoup de choses « par la tête », il a déjà lu ou entendu qu’un monde neuf ne peut se construire sur du vieux, mais bien peu de cette compréhension est descendu jusqu’à « l’entendement du cœur », jusqu’à son ventre, jusqu’à s’incarner dans son quotidien. Les intentions les plus louables sont vite confrontées aux pulsions, aux instincts, aux réflexes de l’ancien monde, même là où l’idée d’un monde nouveau était exprimée. Les projets les plus louables se fracassent rapidement sur le roc de l’ego.

 

Je ne pourrai maintenant que parler dans ce sens, quitte à être à contre-courant de l’urgence à « faire à toute vitesse » qui pétrit notre monde. Le temps consacré à explorer la vie intérieure avant de reconstruire nos vies extérieures ne sera pas perdu. Il sera fondateur, régénérateur, dynamique, créatif.

 

Il est absolument nécessaire de ne plus se précipiter dans des actions qui ne sont pas fondées avant tout sur la réforme intérieure de l’humanité. Agir autrement est un gâchis, une perte de temps et d’énergie. Nous devons prendre conscience de l’urgence à restaurer cette priorité dans notre vision d’une nouvelle civilisation. Et il faut le faire de manière concrète, attentive, et déterminée. Il n’est plus question d’en faire seulement une posture philosophique mais de comprendre que cette direction pour le regard conscient est un acte fort et pas seulement une belle pensée sans consistance. 

 

En même temps, le temps presse. Je ne peux donc qu’implorer les acteurs sincères de la réforme du monde de prendre la mesure de cette réforme intérieure de l’humain, de l’associer sans attendre à leurs projets. Je suis évidemment disponible pour exposer plus en détail les diverses facettes de cette vision. Je ne crains pas de confier que cette réforme me semble être le seul espoir pour l'humanité.

 

An inner reform of humankind

 

Thierry Vissac - January 2012

  

Our declining society, whether in alternative proposals or in conventional political or philosophical trends, does not offer the possibility of a true renewal. It knows only how to reproduce patterns of the past, since the drive of all the world enterprises remains personal profit. As long as this primary impulse/motivation is not uprooted from our projects, they can only resemble those of the past and lead to the same dead-ends.

 

A new civilization must be based on the return of a certain number of essential values ​​that have been neglected or lost in the world as we know it today. I called this spiritual rebirth "spirituality without a past" (or "spirituality without beliefs"). This can only happen if based on an inner reform of the human being.

 

I wish to put all my attention and devote my words and thoughts to this individual and collective renewal, a priority neglected for too long that has the potential to really transform our way of living together.

 

The inner reform of the human being is therefore an absolute prerequisite for the birth of a new civilization. To neglect or to give insufficient emphasis to this inner reform can only lead to the failure of any project, even the most apparently innovative. I see a genuine enthusiasm for alternative projects, which is a real inspiration, while deploring the lack of attention paid to inner human reform (even if it happens to be mentioned somewhere on the blueprint).

 

This vital reform consists in restoring its primordial and natural place to "self-knowledge" and "taking responsibility". A human being who does not live "consciously" his inner life does not know who he is and does not know what he does. As a result, his projects and enterprises are based on emptiness or confusion. The state of the world tells us, without the need to go into detail, the tragedy resulting from such ignorance. Without self-knowledge, he cannot take responsibility for his actions, his errors, his wanderings, he may even believe himself on the right path at the very bottom of his dead ends or harm humankind while believing he saves it, or continue to create enemies "outside" when he is actually his own enemy.

 

A human being today understands many things "with the head", he has already read or heard that a new world can’t be built on the old, but very little of this comprehension has resulted in an " understanding of the heart ", has rooted in his "guts" to the point of being embodied in his daily life. The most praiseworthy intentions are soon confronted with impulses, instincts and automatisms of the old world, even when the idea of ​​ a new world was expressed. The most commendable projects get shattered on the rock of ego.

 

I can now only speak in this direction, even if going against the current of the urgency to "do at full speed" that kneads our world. The time spent exploring inner life before rebuilding our outer lives will not be lost. It will set a foundation, be a regenerative process, dynamic, creative.

 

It is absolutely necessary to avoid rushing into actions that are not based primarily on the inner reform of humankind. To act otherwise is a boondoggle, a waste of time and energy. We must realize the urgency of restoring this priority in our vision of a new civilization. And it must be done in a concrete, focused and determined manner. It is no longer a question of adopting it as a mere philosophical posture but to reach the understanding that this direction for our conscious attention is a strong act and not just a beautiful idea with no consistency.

 

Meanwhile, time is running out. I can only implore sincere actors of the reform of the world to take the measure of this inner reform of the human being, to incorporate it without delay in their projects. I am of course available to lay out the various aspects of this vision in more detail. I am not afraid to confide that this reform seems to me the only hope for humanity.

 

 

 

© Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .