ISTENQS

Ici Se Termine Enfin

Notre Quête Spirituelle

 

 

 

 

 

Un nouvel amour ?

 

 

 

Dialogue sur l'ancien forum Istenqs (autour de 2002.)

 

Q : J'aime une femme qui m'aime et je vais quitter une femme avec laquelle j'ai eu des enfants. La douleur d'une rupture, la peine des enfants, et la joie d'un amour se retrouvent dans cette étrange danse de la vie...

Thierry : Pourquoi passe-t-on d'un amour à un autre dans une existence ? Quelle promesse contient le nouvel amour dont le dernier a été dépossédé ? Dans l'émoi des "premiers instants" est une saveur qui voile aussi l'essentiel de cet enseignement-là.

Q : Ce forum semble renier la capacité de l'homme à vivre heureux dans la complétude d'une rencontre éternelle entre deux alter-egos ?
Thierry : Ah, la complétude d'une rencontre éternelle entre deux egos ! Si le rêve ne nous est pas étranger, bien peu de personnes se risquent aujourd'hui, sur ce forum, à le faire passer pour autre chose qu'un mauvais rêve, en effet. Il n'y a pas de complétude entre deux egos, parce que la complétude ne se trouve pas "entre deux ego". Nous pouvons accepter que tu aies envie de faire durer le mauvais rêve, mais il sera plus difficile de nous faire entendre qu'il ait une quelconque valeur digne de le hisser sur le podium de la course spirituelle.

Q : Cela fait plus de mille ans que les Troubadours en témoignent !
Thierry : Les troubadours que tu évoques personnalisaient la "mère divine", qui était le véritable destinataire de leurs poèmes, et dont ils parlaient comme de "la dame de leur rêve". Mais ils n'avaient pas confondu les douloureuses amourettes avec l'amour sacré dont ils chantaient les louanges.

Q : S'autoriser à être heureux est très important car nous n'avons que rarement conscience que nous nous refusons ce que la vie nous offre surtout lorsque nous savons que cette rencontre peut être la dernière...
Thierry : Tout est dans cette association du bonheur avec "la rencontre". Cette quête romantique semble contenir la promesse du bonheur, puisque nous avons tendance à lui courir après encore aujourd'hui. La rencontre que tu espères est beaucoup plus intime et directe. La quête romantique et ses charmes certains à tendance à mobiliser la conscience. C'est un manège que l'on choisit de prendre consciemment... ou pas. Mais ne demandez pas à Istenqs de monter avec vous sur les auto tamponneuses.

Q : Nous ne choisissons pas vraiment ! Que ceux qui n'ont jamais quitté quelqu'un jettent la première pierre !
Thierry : Ce n'est jamais l'acte qui est montré du doigt, mais ce qui le porte. Nous sommes attentifs à cela, et la règle de l'un n'étant pas la règle de l'autre, celui qui en a tiré "profit" comme celui qui en a tiré "malheur" ne sont pas des points de référence.
Au sein du même acte, il peut donc y avoir autant de mensonge que de vérité. Cela ne se découvre pas par des principes ("nous ne choisissons rien", "ne pas jeter la première pierre"), mais par l'observation attentive de ce qui fait le choix en soi.
Le choix se fait-il vraiment ? ou quelqu'un est-il déterminé à arriver à ses fins et à préserver ce qu'il a obtenu ?

    

© Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .