ISTENQS

Ici Se Termine Enfin

Notre Quête Spirituelle

 

Regard Conscient

Thierry Vissac

 

Le "regard conscient" est ce qui fait de nous un être vivant.

 

Etre vivant signifie que le jeu des actions/réactions, questions/réponses retrouve son sens et sa fraîcheur dans l'attention, alors qu'il s'était longtemps perdu dans la froide impulsivité de nos automatismes.

Nous assistons parfois à des discussions qui, au-delà de leur intérêt superficiel, trahissent en profondeur un instinct de protection ou une quête compulsive d'affection plutôt qu'une véritable relation ou un échange. Le fait que je parle d'instinct et de compulsion indique qu'il s'agit de quelque chose qui peut sembler irrépressible. Pourtant, ce qui rend un automatisme irrépressible (ou automatique) est justement le fait qu'il ne soit pas dans le champ de notre conscience.

Etre attentif, regarder en conscience, est un acte parce qu'il semble demander un effort. Ce qui nous apparaît le plus naturel est souvent, en fait, ce qui nous est le plus habituel. Nos automatismes constituent une grande partie des activités que nous considérons ainsi "naturelles". Mais il est en fait dans notre nature d'être humain de vivre consciemment.

Un automatisme peut être subtil (imperceptible), il n'en laisse pas moins une saveur de sécheresse et d'amertume sur le cœur (à laquelle nous pouvons être habitués au point de ne plus en être conscients). La reconnaissance de cette saveur est un aspect que le regard conscient peut révéler en premier lieu.

Nous pouvons toujours dire les mots qu'il faut, parler "spirituellement" ou être socialement correct, quand le cœur n'y est pas, la saveur de l'automatisme est détectable. Au contraire, nous pouvons être plus authentiques, moins spirituellement ou socialement corrects et ressentir que quelque chose s'ouvre en soi, qu'une bascule s'opère spontanément sur un espace plus vivant et joyeux. 

Dans tous les cas de figure, qui ne peuvent tous être énumérés, si nous attachons notre attention à la forme du discours et à la manière dont il va être reçu, nous le détachons du sens premier : ce que nous sommes/vivons réellement dans cet instant.

C'est pourquoi il me semble que nous devions réapprendre le regard conscient.

La communication verbale ne se justifie que lorsqu'elle est authentique. Une expression authentique est une expression qui fait son chemin depuis l'émergence du vécu jusqu'à la forme verbale qui en est une traduction et une réduction inévitable. Cette réduction verbale est morte si elle n'est pas porteuse de ce qui l'a générée. Ainsi, comme nous avons pu le constater, le même mot peut être porteur de sens comme il peut sembler tout à fait creux.

Pour répondre au désir profond de vivre consciemment (et non plus dans la confusion, l'oubli, le décalage, l'ajustement), nous ne devons plus être les jouets, même intellectuellement intelligents, de nos automatismes. Nous devrions réapprendre à "être avec" ce qui nous anime et le vivre en conscience.

Reconnaître les différents courants, les différentes saveurs de ces courants, est un jeu divin. « Quelle est la saveur de ma réponse/réaction ? » est une question à se poser juste avant de l'écrire/la formuler à l'autre, puisque c'est à ce moment précis que nous sommes en présence du courant ou de l'énergie qui la porte. Un pincement au cœur, une crispation dans la poitrine, une douleur dans le ventre, une irritation impérieuse, au niveau physiologique, correspondent à une émotion, un sentiment, une mémoire, une frustration, et sont prêts à se traduire sous des formes automatiques de rejet, de colère, de cynisme, de rébellion ou même de repli. Cet « exercice » ne prend pas de temps, il est instantané, dépourvu de cogitation et d'analyse. Il nous remet en contact avec "ce qui est". C'est un mouvement de l'attention "concentrique", alors que nous avons l'habitude de nous projeter par instinct vers l'extérieur, dans la défense, l'impulsivité, la parole "non réfléchie", la fuite verbale de ce que nous vivons vraiment dans cet instant précieux.

Si Je suis conscient, Je me ressens comme complet, la quête d'affection ne nous égare plus dans des jeux de surface qui laissent toujours insatisfaits.

Lire aussi La porte du ressenti.

 

  ©Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .