ISTENQS
Ici se termine enfin
Notre quête Spirituelle

L’attitude paradoxale

du chercheur spirituel

Thierry Vissac   

 

L’attitude du chercheur est pétrie de contradictions depuis la nuit des temps, son comportement peut nous éclairer aujourd'hui :

Il est tenté de sonner à toutes les portes pour entendre la bonne parole, mais n’est pas disposé à écouter quoi que ce soit car il préfère se faire entendre, dans sa plainte et ses prérogatives.

Il croit toujours savoir ce qu’il cherche ... tout en se disant perdu.

Il peut se présenter à un thérapeute ou à un maître spirituel avec une détresse évidente tout en affirmant, à tout moment, qu'il va bien, oubliant l’impulsion première cause de sa visite et repartant avec le sentiment frustrant de s’être à nouveau égaré.

Il exprimera une dévotion ardente pour sa nouvelle trouvaille spirituelle ... et crachera dessus avec force quelques temps plus tard.

Il attend une révolution dans sa vie, un éclatement du carcan de ses croyances et de ses peurs, mais il passe son temps à les faire valider pour que, surtout, rien ne change.

Il aime et il hait tour à tour, sans pourtant avoir la moindre conscience de ce qu’il crée et transporte avec lui partout où il va.

Il est déchiré à l’endroit de son cœur entre la poussée impérieuse de l’appel à être vivant et la pression de la peur. Et, sans une conscience claire de ce mécanisme, ce qu’il entreprend est toujours empreint de cette division. L’insatisfaction le porte toujours ailleurs, même si c’est pour trouver le « ici et maintenant » si populaire dans les cercles spirituels.

Il ne voit pas que ce ne sont pas les stages eux-mêmes ou leurs organisateurs qui le rendent insatisfait mais sa quête aveugle et confuse.

Il a l’avantage d’avoir conscience de sa détresse mais il entretient, par souci de protection, l’instinct de la cacher partout où il devrait la montrer.

Il demande à être vrai et s’affuble inlassablement de masques pour ressembler à l’image qu’il aimerait avoir de lui-même.

Il frappe à une porte pour trouver Dieu, et il demande à recevoir de l’affection quand la porte s’ouvre.

Il ouvre un livre qui doit lui enseigner comment aimer et il le referme en déplorant qu’on ne l’aime pas.

Il est grand temps qu’il fasse un ménage conscient dans le chaos de sa quête.

Ne trouvez-vous pas ?

 

 

©Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .