ISTENQS
Ici se Termine Enfin
Notre Quête Spirituelle 

 

 

 

 

Relations : L'âme en transparence

 

 

 

Thierry Vissac - décembre 2015

 

r une spiritualité incarnée: Topless(3)

Connaître cette dimension essentielle de l’être que j’appelle « l’âme » et se mettre à son écoute n’est pas une activité qui coupe des autres. Nous pouvons au contraire envisager une relation « d’âme à âme » sur la base de cette connaissance de notre nature profonde.

Il y a maintenant deux ans que je propose une approche de l’être par « strates » qui permet, dans un premier temps, de reconnaître les différentes composantes, toutes reliées, de notre existence. De l’intellect, en passant par les sensations, les émotions, le sentiment, l’intuition et jusqu’à l’âme. La première révélation concerne le fait que ce qui s’exprime depuis notre intériorité ne vient pas toujours de la même strate. Une pensée intuitive ou une parole qui émerge du niveau du sentiment n’est pas la même chose qu’une pensée intellectuelle ou une émotion. Et la parole de l’âme vient couronner toutes les autres strates quand elle n’est plus déconnectée d’elles. Cette reconnaissance est fondamentale dans une relation qui se voudrait plus consciente. Nous ne savons pas toujours « d’où nous parlons » et sommes fréquemment bloqués sur des plateaux (comme l’intellect ou l’émotion) sans envisager qu’il puisse y avoir en soi d’autres sources d’inspiration disponibles. Nous le savons « avec la tête », justement, mais nous perdons souvent le contact avec des dimensions moins explorées quand elles ne sont pas tout simplement ensevelies.

Au-delà même d’une relation plus consciente et des fruits que cela peut porter à ce niveau, une autre révélation plus profonde encore concerne le fait que si nous nous percevons comme morcelés, et souvent coupés de l’âme par exemple, nous ne sommes en réalité qu’une âme qui s’incarne en permanence sur toutes les strates de l’être. Il n’y a réellement que l’âme et ses expressions ou reflets, que nous désignons avec des mots différents pour marquer leur saveur propre (reconnaître que la saveur d’une émotion n’est pas celle du sentiment est une avancée précieuse dans la connaissance de soi). Le fait que nous ne nous crispions plus du tout sur des reflets isolés et que nous recommencions à nous percevoir comme âme incarnée avec des prismes secondaires permet d’aérer et d’élargir le champ de vision et la perception d’une relation.

Concrètement, l’âme semble masquée par le personnage social. Mais si nous commençons à la faire voir en transparence, quelque chose de très doux et subtil vient se diffuser dans un dialogue, un travail commun ou une rencontre d’un autre type. Notre éducation ne nous enseigne pas la valeur de la transparence de l’âme. Mais une fois que nous connaissons le chemin intime pour manifester l’âme dans la strate du monde, nous comprenons que ce qui vient réaliser notre aspiration à l’amour et l’unité ne peut se faire que dans cette profondeur.  

 

© Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .