ISTENQS
Ici se termine enfin
Notre quête Spirituelle
 

 

« (...) On est en amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous, alors le fleuve amour coule tranquille, les jours sont heureux sous les marronniers mauves. Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve, alors soufflent les vents contraires, le bateau tangue, la voile se déchire, on met les canots à la mer, les mots d'amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.» Julos Beaucarne



Nous avons l'habitude d’analyser ce que nous ressentons sous un angle qui nous arrange afin de justifier et légitimer nos besoins personnels.

Ainsi, quand nous parlons de l'amour personnel, nous aimons y déceler la pureté, l’altruisme, la générosité, nous aimons lui donner l’apparence propre et socialement correcte qui e st attendue de nous. 
 
Un regard un peu plus franc devrait nous permettre d'éclairer la nature réelle de ce sentiment.

Le désir de vivre « en couple » est une aspiration de l'ego solitaire pour combler le sentiment de séparation, le manque d'unité que nous appelons communément « solitude ». Les besoins sexuels s'ajoutent à cela - quand ils ne sont pas la cause principale - parce qu'ils trouvent dans le couple officiel une opportunité pratique de se satisfaire.

De ce point de vue, personne n'aime réellement personne. On s'associe à quelqu'un pour se satisfaire, même si une certaine idée de la morale nous amène à dire que cela est bon pour l'autre, même si une certaine idée de la spiritualité nous amène à dire que cette union a un sens mystique ou élevé. Le couple est un arrangement personnel auquel nous tentons de donner une image spirituellement ou socialement correcte. Le couple est, au mieux, nourri d’affection et, au pire, détruit par la frustration quand l'affection vient à manquer. Le couple est dépendant du contact physique, du témoignage incessant de l’intérêt que l’un porte à l’autre, de contrats de fidélité ne reposant que sur la peur.

Si nous voulons reconnaître ce qu'est l'Amour, au-delà de nos arrangements, nous gagnerons à ne pas nous satisfaire de réponses trop sommaires et de raccourcis populaires qui nous éloignent de la vérité.

L'Amour n'est pas une émotion. L'Amour n'est pas lié à une personne et il ne lie à personne. L'Amour est la substance même de la Vie. On reconnaît l'expérience de l'Amour au fait qu'elle nous communique l’essence et le sens même de la vie. L'Amour est une Communion. L'objet, la situation ou l'être humain que nous croisons est perçu intimement comme non différent, lié profondément à soi. Ce n’est alors plus l’affaire d’une personne aimant une autre personne et s’attachant à elle par égoïsme.   
 
Il n'y a pas d'intérêt personnel dans la communion. Une rencontre à ce niveau peut être éphémère mais ce qu’elle anime en soi a un goût d’éternité.  

La quête d'affection ne peut produire ce sentiment car elle est motivée par un manque à combler, par une attente. Et le manque et l’attente sont enracinés dans la division, ils contiennent les germes de la frustration. Tant que l’autre est perçu comme la source de notre bonheur et la cause de notre malheur, nous demeurons dans un cercle vicieux sans fin. Là où il y a une attente à combler, l’ennemi est déjà créé et l'Amour est loin. 

Je ne propose pas de cesser toute relation mais de l'éclairer du regard juste. Un tel regard ne fait pas disparaître l’amour, il le révèle et lui redonne sa place dans notre existence.   
 
L'Amour n'est pas une relation, Il est la vie dans l'Unité.
 
Thierry

Lire aussi : Un nouvel amour ?

© Thierry Vissac, Textes, photos et dessins sur toutes les pages du site .